Trois trucs essentiels pour préserver votre équilibre émotionnel avec les personnalités narcissiques

Dans l’infolettre précédente, j’ai illustré les dommages qu’une personne narcissique peut causer au plan psychologique chez autrui. Par contre, un dosage équilibré de certains traits de personnalité chez les narcissiques peut être fort estimable.

Je m’explique.

Les personnes aux traits narcissiques sont parfois appréciées, voire même recherchées pour… Click To Tweet Leur charisme, leur ambition (quand elle ne sert pas uniquement leurs besoins personnels),leur capacité à influencer et à embrasser de grandes missions ou leur énergie débordante sont des caractéristiques très positives. Si elles sont mises au service d’un but ou d’une mission constructive, nous voilà devant une formule gagnante. Par contre, le danger survient lorsque la réussite personnelle devient l’unique source de motivation de ces personnes et que leur soif de réussite et de pouvoir limite le développement et les possibilités de réussite d’autrui. Et c’est exactement à cet endroit que le bât blesse. Dans certains contextes, ces qualités peuvent alors engendrer des tensions, des conflits ou possiblement des relations abusives.

Comme vous ne disposez pas d’un psy tous les jours pour vous guider dans vos réactions avec votre entourage immédiat, voici trois trucs à envisager si vous croyez vous retrouver dans une relation de pouvoir.

1. Adopter le rôle de conciliateur

Parfois il est plus facile de feindre l’attitude de celui qui cède, de jouer le rôle du conciliateur que celui du défenseur avec ce type de personne. Vous pouvez apprendre et pratiquer quelques phrases « diplomatiques » qui vous sauveront plusieurs maux et malaises. Par exemple, un collaborateur vous impose une façon de faire qui vous semble inconcevable a priori. Vous pouvez lui répondre gentiment: « Je n’ai pas vu la situation sous cet angle, mais cela mérite réflexion. Je vais voir comment je peux faire pour tenir compte de ton besoin ou de ta demande. Merci pour cette nouvelle information.»

En évitant de confronter la personne et d’énoncer clairement votre désaccord, vous minimisez le risque d’enclencher de vives réactions de sa part. Évidemment vous devrez tenir compte des limites de l’acceptable et du non acceptable chez cette personne afin d’éviter de vous exposer à des reproches ou des représailles de sa part.

2. Rechercher la reconnaissance ailleurs

Côtoyer ce type de personnalité exige de diminuer, voire de faire le deuil de ses besoins de reconnaissance, surtout auprès d’elles. Les personnes narcissiques, bien qu’elles ont souvent besoin de l’appui des autres pour accéder au sommet, ne témoignent pas ou peu de reconnaissance à ceux et celles qui les ont aidées. Si elles le font, c’est qu’elles ont besoin de vous et veulent vous soutirer d’autres faveurs. Quand elles n’auront plus besoin de vous, vous serez exclue de leur réseau.

Il serait même souhaitable que vous n’entreteniez aucune attente de reconnaissance de votre patron si vous avez un collègue au sein de votre équipe qui rafle tous les éloges. Ce n’est pas une bonne idée de vous mettre sur son chemin. Ce faisant, vous risqueriez de vous retrouver dans un climat de travail invivable. Recherchez la reconnaissance ailleurs, soit auprès de vos clients, soit à l’extérieur du bureau. Après tout, si vous offrez une bonne prestation au boulot, votre satisfaction devrait venir de votre fierté à accomplir avec professionnalisme le travail qui vous est confié.

3. Choisir ses batailles

Si vous n’occupez pas un poste de pouvoir, je vous cite ce que l’on m’a déjà conseillé, « Votre santé physique et psychologique est bien plus importante que de chercher à avoir raison » Click To Tweet. Au début de ma carrière, j’ai joint un cabinet de consultation. Le président, lui-même psychologue, insatisfait de l’influence qu’il exerçait sur moi, me convoque à un entretien. D’un ton confrontant et arrogant, il me dit ceci « Tu vas voir, je ferai de toi la meilleure consultante, mais pour cela je vais devoir casser ta personnalité. » Devant de tels propos, je me suis d’abord demandé s’il blaguait ou pas.

Après la rencontre, la guerrière en moi réagissait fortement à cette tentative de manipulation ou d’intimidation de sa part. Puis accablée de doutes – suis-je une personne si difficile à gérer ?-  je consulte un ex-professeur en qui j’avais une confiance totale. Tout comme le ferait un sage ou un mentor, Robert m’invite à considérer le fait qu’aucune personne n’est importante au point où elle peut me manquer de respect et encore moins se donner la mission de me casser. « Tu sors de cette boîte » m’indique-t-il prestement. Ce que j’ai fait dans les mois qui ont suivi notre entretien. Je n’ai jamais regretté cette sage décision. Céder pour mieux se respecter, c'est choisir ses batailles. Ce n'est nullement une position de… Click To Tweet

En conclusion

Les difficultés relationnelles que l’on vit avec nos proches, nos collègues et nos patrons ne peuvent pas toutes être expliquées en apposant des étiquettes de « personnalités difficiles.» Il n’est pas de mon intention de vous donner des munitions pour excuser des comportements ou des situations inacceptables et de diminuer votre sens des responsabilités face à la gestion de vos relations. Je suis profondément convaincue que plus on élargit notre compréhension des gens qui sont différents de nous, plus on est inclusif avec ces personnes différentes, plus on minimisera l’occurrence de relations difficiles et malsaines. En agissant ainsi, on ne cède pas notre pouvoir personnel aux autres, on se respecte et on a plus de chance de se faire respecter. C’est aussi une saine façon de préserver son équilibre émotionnel et son bien-être psychologique.

La période des fêtes approche. Les retrouvailles en famille peuvent devenir l’occasion de discordes et faire ressurgir de vieilles chicanes ou rancunes. Je vous invite à faire la paix avec les autres et aussi à faire la paix avec vous-même. Car, vous le méritez bien !

© Ghislaine Labelle, M.Ps., CRHA, CSP (Certified Speaking Professional) et médiatrice accréditée)

 

Promotions des fêtes

Image

Achetez deux livres à prix réduit et ne payez que les frais de transport que pour un seul livre.

 

Choisir deux livres parmi les choix suivants : Agir comme médiateur pour rétablir la paix au travail  et Comment désamorcer les conflits au travail. Payez le prix exceptionnel de 45,00$ taxes et transport inclus au lieu de 62,40$. Vous épargnerez 17,40$.

 

Cette offre limitée s’applique que pour le Québec seulement et prend fin le 18 décembre 2016.

 

Vous recevrez la semaine prochaine ma dernière infolettre de l’année sur la suite de l’article sur les personnalités narcissiques.


 Ghislaine Labelle, M.Ps., CRHA, CSP (Certified Speaking Professional) et médiatrice accréditée

Comprendre les personnes aux traits narcissiques

Introduction

Vous connaissez peut-être quelqu’un dans votre équipe de travail qui mobilise les discussions en réunion et se vante constamment de ses réalisations et de ses succès ? Qu’à ses yeux, l’équipe réussit grâce à lui ou à elle. Avez-vous déjà travaillé pour un patron qui avait de grandes ambitions, une grande soif de pouvoir et d’influence ? Avez-vous senti que lorsque vous l’encensiez, tout baignait mais qu’au moindre petit désaccord ou erreur de votre part, vous vous méritiez un traitement bien différent ? Possiblement que dans les deux cas, vous avez eu affaire à une personne aux traits narcissiques.

Une lutte de pouvoir malsaine

Il y a une dizaine d’années, une organisation me demande de siéger sur un comité mandaté d’enquêter sur une plainte de harcèlement psychologique. L’employé a déposé une plainte de quatre-vingt quelques pages alléguant plusieurs incidents de harcèlement que lui aurait fait subir son nouveau patron. Lors des témoignages du plaignant, il nous était impossible de ne pas être sensible à la détresse vécue par cet employé. Ce dernier ne comprenait pas pourquoi il avait été l’objet d’un acharnement insidieux de son patron pendant plus de dix-huit mois. Dans sa quête de se faire respecter ses directives, le nouveau responsable avait fait usage de plusieurs stratégies vexatoires: humiliation, intimidation, mépris, refus de dialoguer, attribution de tâches d’un poste inférieur, attribution d’horaires de travail moins intéressantes, et j’en passe…

Dans son témoignage, le responsable décrit la difficulté qu’il éprouve à gérer un employé réfractaire au changement. Il ajoute avoir l’appui de ses directeurs dans ses tentatives de faire respecter ses directives et la réorganisation du travail et de l’équipe. Selon sa perspective, l’employé s’entêtait et l’empêchait d’atteindre des objectifs d’optimisation de coûts et d’efficacité auxquels il s’était engagé face à sa haute direction. Selon ses dires, cet employé n’avait qu’à se conformer aux nouvelles règles et façons de fonctionner. S’il n’était pas heureux, il n’avait qu’à quitter son emploi.

Pourquoi subir tant de souffrances et d’humiliation sur une aussi longue période de temps ? L’employé convaincu de l’irréalisme et l’incohérence des demandes du patron avait pris sur lui de défendre son équipe de travail. Croyant que son statut d’ancienneté lui octroyait le droit d’argumenter les demandes irréalistes qu’il leur adressait à l’équipe et à lui. Observant comment le responsable doublait d’efforts pour faire taire leur collègue, Les autres membres de l'équipe ont vite compris que, pour sauver leur peau, il était préférable de… Click To TweetLe seul à ne pas l’avoir compris est l’employé qui cherchait justice, équité et respect.

Le prix à payer à négocier avec un narcissique pervers est… d'y laisser sa peau. Click To Tweet C’est exactement ce qu’a vécu cet employé. Il a fait une dépression majeure. Son dernier témoignage à la conclusion de l’enquête où le comité a conclu positivement au harcèlement est le suivant: « J’ai perdu ma santé psychologique et mon mariage dans ce conflit mais vous m’avez aidé à regagner un peu de dignité en me confirmant que ce que j’ai vécu n’était pas normal. Que ce qu’a fait le responsable était inacceptable. »

Les personnalités narcissiques ne sont pas toutes perverses comme celle décrite dans l’exemple précédent. Il y a des degrés divers et des variantes importantes dans le narcissisme. Pour mieux comprendre la personnalité narcissique, voyons quelques traits typiques chez ces personnes.

  • A le sentiment d’être exceptionnelle et de mériter plus que les autres;
  • Préoccupée par des ambitions de succès;
  • Accepte difficilement que les projets intéressants soient confiés à d’autres;
  • S’attend à des privilèges et à des attentions sans se sentir obligé à la réciprocité;
  • Gravit les échelons rapidement;
  • Peut avoir des comportements arrogants et hautains;
  • S’approprie les réussites des autres;
  • Exploite et manipule les autres pour atteindre ses buts.

Je résume ici rapidement quelques pièges à éviter pour ne pas devenir leur cible et se retrouver dans des positions inconfortables.

Pièges à éviter

  • S’attendre à la réciprocité dans l’entraide;
  • Faire de l’opposition systématique;
  • Leur faire compétition pour une marque de reconnaissance ou pour l’obtention d’un poste convoité;
  • Les confronter publiquement ou leur faire perdre la face;
  • Se venger.

Dans la prochaine infolettre, je poursuis ma réflexion avec vous sur les personnes qui ont des traits narcissiques et les trois trucs essentiels pour préserver votre bien-être émotionnel au contact de ces personnes.

Bonne continuation!

© Ghislaine Labelle, M.Ps., CRHA, CSP (Certified Speaking Professional) et médiatrice accréditée)